Principaux effets indésirables des anti-inflammatoires

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

antalgique tkLes effets indésirables des AINS sont très fréquents, s’observent pour toutes les familles et toutes les  molécules quel que soit le mode d’administration et la forme galénique. Plus la dose est élevée et le traitement long, plus ils seront fréquents et importants.


  • Complications gastroduodénales des AINS :


Ce sont les effets indésirables les plus fréquents et les plus connus des AINS. Ils apparaissent avec les comprimés, les gelules, les injections, les suppositoires et même les pommades et gels.


1-les troubles dyspeptiques vont de 10 à 30 % des patients qui  se plaignent alors de pesanteur ou de douleurs gastriques ou de nausées conduisant à l’arrêt dans 5% des cas seulement. Ces troubles mineurs ne sont en rien corrélés aux lésions endoscopiques possibles dès ce stade et ne prédisent pas les complications digestives graves.


2-les ulcères gastroduodénaux sous AINS sont fréquents et volontiers malheureusement peu ou pas symptomatiques sur le plan clinique. Ils  peuvent se révéler d’emblée par une complication à type de perforation ou d’hémorragie. On admet qu’après 3 mois d’un traitement par AINS classique 15 à 25 % des patients développent des lésions ulcéreuses détectées par endoscopie. Il en est de même chez 5 % des patients lorsqu’il s’agit d’un coxib. Ce sont bien sûr les complications des ulcères citées plus haut qui sont redoutables. La fréquence de ces ulcères compliqués est évaluée autour de 1 à 2 % des patients avec les AINS classiques et 0,2 à 0,4 % avec les coxibs. Ces accidents graves surviennent surtout lorsqu’il existe des facteurs de risque qu’il est nécessaire de systématiquement dépister : sujet de plus de 60-65 ans, passé ulcéreux, posologie d’AINS élevée ou association d’AINS, aspirine concomitante à visée antiagrégante ou anticoagulants, coprescription d’un corticoïde, pathologie rhumatismale inflammatoire. Lorsque l’un de ces facteurs de risque est noté et qu’il ne peut être supprimé, il convient de protéger la muqueuse gastrique par un IPP systématiquement.

 

 

  • Complications digestives intestinales :


Des ulcérations de l’intestin grêle et/ou du colon se voient sous AINS mais sont souvent méconnues et mènent elles aussi à des complications telles qu’une perforation ou une hémorragie. La prescription d’anti-inflammatoires chez un patient ayant une diverticulose colique favoriserait des poussées de sigmoïdite diverticulaire souvent grave.


  • Complications rénales :


L’insuffisance rénale aiguë fonctionnelle avec oligurie et rétention sodée et aqueuse amène des oedèmes des membres inférieurs et des poussées d’hypertension. Cette insuffisance rénale survient souvent chez les sujets agés en hypovolémie avec un régime désodé, un diurétique et/ou un IEC ou hyper tension artérielle. L’hyperkaliémie et la néphrite glomérulaire sont des effets secondaires rares à connaitre.


  • Complications cardiovasculaires :


L’arrivée des coxibs, classe la plus récente des AINS a révélé ces complications qui sont un effet de classe et non pas de famille. Tous les AINS peuvent être potentiellement responsables d’effets secondaires cardiovasculaires de type hypertension artérielle, décompensation d’une insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral. Mais ce sont surtout les coxibs, par leur effet d’inhibition spécifique de la Cox2, qui sont les plus concernés par ces effets. Ceci a conduit au retrait du Vioxx et à la restriction d’utilisation du Célébrex avec  contre-indication chez les patients avec cardiopathie ischémique avérée, artériopathie périphérique ou  antécédent d’AVC ou AIT. Les causes de ce risque accru de thrombose cardiovasculaire sous AINS sont mal connues mais il faut retenir en pratique que tout patient avec hyper tension artérielle,  insuffisance cardiaque, antécédents coronariens, artériopathie des membres inférieurs et/ou des facteurs de risque cardiovasculaire supplémentaire comme un diabète ou une dyslipidémie, doit être considéré comme un patient à haut risque de prescription d’un AINS. De plus, il importe de retenir qu’un patient prenant un traitement anti-agrégant plaquettaire dont l’aspirine doit éviter d’utiliser un AINS mais que lorsque cette prescription est nécessaire il ne faut jamais arrêter l’anti-agrégant plaquettaire et redoubler de vigilance à la recherche d’accidents digestifs ou cardiovasculaires graves.


  • Complications allergiques :


Les allergies cutanées vont des simples éruptions urticariennes jusqu’aux éventuelles dermatoses bulleuses graves comme le  syndrome de Stevens-Johnson ou le syndrome de Lyell. Toute manifestation cutanée même en apparence bénigne sous AINS doit conduire à l’arrêt immédiat du traitement. Les AINS peuvent induire des bronchospasmes et ils sont d’ailleurs contre-indiqués chez les asthmatiques.


  • Complications hépatiques :


La survenue d’une hépatite cholestatique cytolitique ou mixte est rare (moins de 1 % mais possible). Elle est très certainement dépendante du type de molécule.


  • Complications neurosensorielles:


Elles se voient surtout avec les AINS indoliques comme l’Indocid. Ces complications correspondent à des céphalées, vertiges, étourdissements, sensation de tête vide. Elle apparaissent très vite avec de fortes doses d’aspirine et constituent de ce fait une alarme en cas de surdosage.


  • Complications hématologiques :


L’agranulocytose voire l’aplasie médullaire est l’apanage des pyrazolés (piroxicam) mais peut être exceptionnellement rencontrée avec les autres AINS.


  • AINS et grossesse :


Les AINS sont potentiellement tératogènes et sont contre-indiqués à partir du 6ème mois de grossesse. Ils ralentissent le travail au cours de l’accouchement et sont responsables de la fermeture anticipée du canal artériel. Ils sont accusés de diminuer la fertilité mais par contre ne diminuent pas l’efficacité des dispositifs intra utérins comme il est communément admis à tort.

 

Article collecté sur le site :

http://www.boutique-labrha.com/fr/content/62-mefaits-anti-inflammatoires

 

Edité le 06 juin 2012 par :

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Commenter cet article